Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CAP A GAUCHE

CAP A GAUCHE

Pour faire vivre la démocratie

Publié le par Cap A Gauche
Publié dans : #politique

Rien de nouveau dans l'approche de nos chers médias, qui, l'air de rien, de manière faussement naturelle, poursuivent leur oeuvre de désinformation en taisant volontairement tout ce qui pourrait remettre la doxa d'un libéralisme dont ils sont les chiens de garde, comme l'ont souligné et si bien analysé Paul Nizan en 1932 puis Serge Halimi en 1997 puis 2005.

Il est toujours jubilatoire de voir les journalistes de la radio ou de la télévision s'enfoncer dans le mensonge avec des arguments fallacieux et si peu crédibles.

Alors merci à CP Productions et Pierre Carles pour leur travail de démystification.

N'hésitez pas à vous rendre sur leur site et à aider au financement de ce film documentaire en préparation. C'est nécessaire, indispensable pour éveiller notre esprit critique.

Lorsque, en juillet 2013, l’avion du président bolivien Evo Morales fut séquestré par les autorités européennes au prétexte de s’assurer qu’il n’emportait pas Edward Snowden comme passager clandestin, cette transgression des règles diplomatiques les plus élémentaires scandalisa les peuples d’Amérique latine. Ils y virent une marque de mépris et d’arrogance néocoloniale. En France, on évoqua à peine cette affaire. A quelques exceptions près.

Quatre mois plus tard, en novembre 2013, un autre président latino américain de gauche, Rafael Correa, se rendit en visite officielle à Paris. Cette fois-ci, il ne subit aucune avanie. Il prononça même une conférence à la Sorbonne. Il y expliqua comment son pays avait allégé le poids de sa dette extérieure, ignoré les recommandations du Fonds monétaire international et tourné le dos aux politiques d’austérité qui, au moment précis où il s’exprimait, précipitaient l’Europe dans le marasme économique. On aurait pu, là encore, imaginer que l’événement bénéficierait d’un accompagnement médiatique important, d’autant que le président équatorien, économiste de formation, parle parfaitement français. Mais les invitations à s’exprimer dans les médias furent rares, et le silence de la presse quasiment assourdissant. A quelques exceptions près (lire « “L’Europe endettée reproduit nos erreurs” »).

 

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog